• Aïe, hein .?.

    J'ai mis les remors sur la paille...
    D'un uppercut entre les reins...
    Je crois qu'j'ai gagné la médaille...
    J'ai touché le Saint des Saints...
    J'ai attendu d'aller aux funérailles...
    Des espoirs et des lendemains...
    Pour qu'il n'y ait plus de bataille...
    Et ces glissements de terrain...
    La peinture qui doucement s'écaille...
    Puis éclate tout d'un coup, soudain...
    Je crois bien que ça fait un bail...
    Qu'elle s'effrite entre mes mains...
    C'est pas une raison pour la braille...
    J'n'aime pas quand on gueule pour rien...
    Ou quand on tord de la ferraille...
    Paraît qu'c'est pas bon pour le tein...
    J'vais pas déglutir mes entrailles...
    Maintenant que je me sens serein...
    Je ne veux pas que cela déraille...
    Je n'suis plus d'un âge opportun...
    Et à chaque fois qu'on se les caille...
    Je n'sens que l'odeur du sapin...
    Et les branches mortes que l'on taille...
    Finissent en fumée au loitain...


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :