• L'épi n'est dorsal...


    Une âme abrupte, noires poussières
    Perturbées par un lent débit de rien
    Qu'un beau matin, dans la clairière
    Ce doux châtiment est devenu tien

    Dans les mémoires des funérailles
    Est suspendue l'attente maudite
    On chuchotte par les soupirails
    Que votre Majesté fût éconduite

    Dès lors, l'échaffaudage détruit
    Ramassant les effluves à la pelle
    De cette histoire de compromis
    Qui l'a fait fuir à tire d'ailes

    Mais où donc ton coeur mortiféré
    A-t'il pu trouver un refuge ?
    Est-il si piètre, ce grand benêt
    Qu'il se protège du déluge ?

    Et lorsqu'à l'église sonne le glas
    Une nature morte devant ton tombeau
    Un miroir, le regard plein d'effroi
    Te voila ange à demi-mot...

  • Commentaires

    1
    Mercredi 22 Octobre 2008 à 14:33
    ♥ Bon Jour
    Bien cri, mais ... très sombre ! Bonne journée.
    2
    Mercredi 22 Octobre 2008 à 14:36
    Je ne cherche pas...
    la lumière à tout prix ;) ça vient quand ça vient, l'inspiration me nourrit !!!
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :