• Panacée sous le plancher...


    Ainsi te voila, c'est donc à ça que tu ressembles dorénavant...
    Un air de rien, de vide, de poison artistique...
    Avec un goût acide, liquide comme du petit lait...
    Ta tronche ne me revient pas, n'est jamais revenue d'ailleurs...
    La chirurgie ne fait pas toujours des miracles, il faut croire...
    Tu as perdu ton dernier sourire un jeudi soir de Février...
    Te voila amère, plus triste que la pitié...
    Il m'a semblé te voir pleurer en l'an 2000...
    Quand les bugs se multipliaient et que Mir se cassait la gueule...
    Dorénavant tu ne regardes plus les étoiles, tu les voles...
    A trop contempler la vie, on finit par ne pas la vivre...
    Sans concession, le prix à payer est une sale odeur de rance...
    Un trousseau de clés sous la gorge eut raison de ta dignité...
    Mort de n'avoir su s'y retrouver...

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :